Vincent Lambert victime de pédophilie dans la FSSPX ?

La presse traditionaliste, toujours prompte à déverser des flots d’encre sur l’affaire Vincent Lambert, ne le fait que sous l’angle de la « défense de la vie ». Il n’y a rien à redire en soi au fait de rappeler les principes bioéthiques de la doctrine de l’Église (quoiqu’il y ait la manière de faire, mais c’est une autre question). Ce qui est le plus troublant, c’est que personne dans le monde traditionaliste ne semble se soucier des sévices sexuels que Vincent Lambert a, selon toute vraisemblance, subis dans la Fraternité Saint-Pie X.

À l’audience du 15 janvier 2014 au tribunal administratif de Châlons-en-Champagne, Me Francis Fossier, avocat de Rachel Lambert (épouse de Vincent), a fait état d’abus sexuels subis par Vincent dans le milieu éducatif de la FSSPX. Pas le moindre écho dans le monde traditionaliste. Curieux, alors que les publications tradi suivent de si près chaque étape de ce triste feuilleton.

Session de rattrapage : pour le cas où vraiment aucun journaliste ni blogueur tradi n’aurait assisté à cette audience, le médecin qui a traité Vincent Lambert au CHU de Reims, le Dr Kariger, a publié un livre : « Ma vérité sur l’affaire Vincent Lambert » (éd. Bayard). Aux pages 37-38, il fait non seulement mention de ces propos de l’avocat mais il cite un fait médical qui les confirme : lors de la toilette intime, Vincent Lambert se recroqueville comme pour se protéger, ce que l’équipe médicale trouve insolite. La psychologue de l’hôpital ainsi que Rachel Lambert expliquent cette attitude de fuite par les abus sexuels qu’elles disent avoir été subis par Vincent dans le milieu traditionaliste. Mais là encore, aucun journaliste traditionaliste ne semble avoir lu ce livre. Pourquoi ? Il est tout de même bizarre de parler autant d’une affaire sur laquelle on ne se documente pas. À moins qu’il ne s’agisse justement de dissimulation volontaire ?

Par ailleurs, Viviane Lambert-Philippon, la mère de Vincent, a protesté autrefois contre l’attitude de l’abbé P. (mention censurée par la FSSPX) vis-à-vis de son fils. Ce prêtre était alors en poste dans la FSSPX en Champagne-Ardennes et la mère de Vincent Lambert l’a accusé d’avoir commis des actes de pédophilie sur deux de ses fils, dont Vincent. Des lettres virulentes de Mme Lambert se trouvent d’ailleurs à Suresnes. (Voir à ce sujet notre page « Abbé P. »). Croyez-vous qu’elle ait été écoutée ? Dix ans après les faits de pédophilie sur son fils, elle a encore dû se plaindre auprès de la Fraternité Saint-Pie X que son abuseur s’occupait toujours de louveteaux et scouts à Conflans-Pontoise et ailleurs, comme à des camps. L’abbé Paul Aulagnier, interrogé par une autre victime de l’abbé P. (mention censurée par la FSSPX) sur cet incompréhensible état de fait, a d’ailleurs osé traiter Mme Lambert de « vieille folle ». On voit de quel côté penche la compassion.

Une réflexion au sujet de « Vincent Lambert victime de pédophilie dans la FSSPX ? »

  1. Denis Merlin fait à notre blog l’honneur d’un article entier (http://denismerlin.blogspot.fr ). C’est trop aimable! Si on trouve sous la plume de M. Merlin des analyses assez justes de certains travers des milieux « tradis », en revanche l’enchanteur maîtrise moins bien sa trajectoire quand il s’agit de nos révélations concernant Vincent Lambert. Disons-le franchement, il dérape à tel point qu’il vole dans le décor et s’écrase lamentablement.

    Ainsi, il paraît que nous nous « disqualifierions » en « prétendant que Vincent Lambert a fait l’objet de sévices sexuels ». En réalité, c’est M. Merlin qui se disqualifie en parlant péremptoirement de ce qu’il ne connaît pas. L’agument de base de Merlin l’enchanteur est d’un grotesque caricatural: il revient à dire que, si « ceux qui en veulent à la vie » de Vincent Lambert affirment que celui-ci a été victime de pédophilie, cette affirmation est nécessairement fausse. Bonjour, le raisonnement a priori! Désormais, si Rachel Lambert, son avocat ou le Dr. Eric Kariger dit que 2+2 = 4, il faudra obligatoirement en prendre le contrepied. S’il y a quelqu’un qui « disqualifie » avec un pareil raisonnement, c’est bien l’enchanteur Merlin.

    Étant donné que M. Denis Merlin se pique de références doctrinales, il gagnerait à faire son miel des « seize conseils de saint Thomas d’Aquin pour acquérir le trésor de la science », en particulier le conseil n°12: « Ne regarde pas à celui qui parle, mais tout ce que tu entends de bon, confie-le à ta mémoire ». Autrement dit, peu importe que ce soit Rachel Lambert, Jules César ou le Grand Mamamoutchi qui affirme, la question est de savoir si c’est vrai ou non. Cela nous mène au conseil n°14: « Assure-toi de tes doutes ». Application pratique: que M. Merlin s’assure de ses doutes en vérifiant auprès de Viviane Lambert, mère de Vincent, qui a écrit plusieurs fois à la hiérachie de la FSSPX pour accuser l’abbé P. (mention censurée par la FSSPX) de prédation sexuelle sur son fils.

    C’est mignon tout plein de la part de Merlin l’echanteur de nous prendre pour des naïfs mais, navrés de le décevoir, nous n’avons pas « bêtement » recopié les propos du Dr. Kariger et de maître Fossier sans vérifier. Ou plutôt, la chaîne des événements est exactement inverse: nous avions déjà connaissance des sévices subis par Vincent Lambert et des protestations de sa mère avant les allusions publiques faites par ce médecin et cet avocat. Ces deux sources publiques sont simplement venues confirmer ce que nous savions déjà avec une certitude totale. Le fait que M. Merlin ne connaisse rien – mais vraiment rien de rien – à cet aspect de la vie de Vincent Lambert ne lui donne aucun droit à nier ce que nous, nous savons de façon certaine.

    Comme, dans nos articles Vincent Lambert et abbé P. (mention censurée par la FSSPX), nous avons mentionné noir sur blanc ces lettres de protestation de Viviane Lambert, cela ne peut avoir échappé à M. Merlin. On peut dès lors se demander si ce dernier ne fait pas semblant de ne pas avoir lu. Ou alors, est-il atteint de cécité? Ou bien est-il incapable de comprendre ce qu’il lit? Qu’il fasse en tout cas sien le 13e conseil de saint Thomas: « Ce que tu lis et entends, fais en sorte de le comprendre ».

    Pour conclure, nous mettons M. Denis Merlin au défi de prendre contact soit avec l’abbé Pierre-Marie Laurençon, supérieur FSSPX de France au moment où Mme Lambert a écrit sa lettre indignée de mai 1997, soit avec Mgr Fellay, qui possède un dossier gros comme le coude à charge de l’abbé P. (mention censurée par la FSSPX), soit avec le prédécesseur de Mgr Fellay, l’abbé Franz Schhmidberger à qui il a avoué les faits à l’époque (sans qu’il y ait d’autre sanction qu’une confortable mutation chez nos voisins belges !), soit avec Viviane Lambert elle-même ou David Philippon. Dans tous ces cas de figure, l’argument simpliste et puéril « ce sont des pro-culture de mort qui le disent, donc c’est faux » tombera ipso facto.

    Encore un dernier conseil, puisqu’il paraît que nous répandrions « des rumeurs »: que M. Denis Merlin dise à Mme Lambert que ces accusations de pédophilie de l’abbé P. (mention censurée par la FSSPX) sur son fils sont « des rumeurs ». Que M. Merlin ose dire cela sans ambages à Mme Lambert. Nous lui souhaitons bien du courage quand il recevra en plein visage la réponse d’une mère outragée.

Les commentaires sont fermés.