USA: Affaire Sloniker

A note to our US American readers: we thank you for providing us with some important info, and will be grateful for any more details that might emerge from the local scene and that you might want to share with us.

To read us in English (or any other language): https://translate.googleusercontent.com/translate_c?depth=1&hl=en&prev=search&rurl=translate.google.com&sl=fr&u=http://www.stop-pedos-trad.is/wp/


 

Far West: Mgr Fellay devra-t-il passer à la caisse?

Ce qui pourrait ressembler à un western n’a rien d’une fiction: la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X est en train de vivre aux États-Unis une affaire de pédophilie qui pourrait lui coûter très cher, au sens figuré comme littéral.

Il s’agit de l’affaire Sloniker, que les traditionalistes de l’Ouest américain connaissent bien. Nous pensions n’en parler qu’après le verdict (très proche: attendu pour le 13 juillet) mais certaines familles nous ont suppliés de publier l’affaire sans attendre. [le verdict a été remis au 28 octobre 2016]

Kevin Sloniker, chauffeur de camion, a été arrêté le 14 septembre dernier dans le Wisconsin et mis en examen en Idaho sous suspicion d’avoir agressé sexuellement au moins 9 garçons âgés entre 8 et 17 ans. Les faits vont des caresses indécentes jusqu’au viol pur et simple. Un des garçons l’accuse de 60 agressions sexuelles sur une période de 6 ans. Le 9 mars dernier, à son procès, il a reconnu les faits en plaidant coupable. Ce qui est moins connu, c’est qu’il est aussi sous le coup de 6 chefs d’inculpation pour détention, diffusion et même production (!) de pédopornographie, puisqu’il a photographié certains de ces enfants nus. Le tribunal a accepté d’abandonner ces dernières inculpations en échange d’un plaidoyer de culpabilité.

Quel est le rapport de tout cela avec Mgr Fellay? Eh bien, M. Sloniker était moniteur à des camps organisés par le prieuré et l’école (FSSPX) de l’Immaculée Conception à Post Falls (Idaho, USA). Du coup, la responsabilité de la FSSPX est évidemment sujette à examen.

Certains parents sont également en cause. Imaginez-vous qu’ils permettaient à Kevin Sloniker d’emmener leurs fils dans ses tournées en camion, qui duraient plusieurs jours à travers le Grand Ouest américain. Et il leur offrait régulièrement des cadeaux de grand prix, ce qui est un comportement typique des pédophiles pour « séduire » leurs victimes. Certains parents semblent inconscients! Faut-il s’étonner qu’un des garçons ait été abusé et même violé de multiples fois entre ses 11 et ses 17 ans?… Pour couronner le tout, si une partie des parents a déposé plainte, d’autres ont refusé de le faire « pour ne pas nuire à la réputation de la Fraternité Saint-Pie X ». Toujours le même refrain… Certaines gens n’ont toujours pas compris que c’est ainsi que les pédophiles peuvent continuer tranquillement leur « carrière ». Sans compter qu’il est tout bonnement écœurant de donner priorité à un criminel et à des supérieurs gravement négligents par rapport à son propre enfant victime d’abus qui hypothèquent le reste de sa vie.

De fait, la Fraternité Saint-Pie X est mise sérieusement en difficulté dans cette affaire, non seulement parce que Sloniker a profité des camps FSSPX où il était moniteur pour approcher ces garçons mais aussi parce qu’il n’aurait tout simplement jamais dû être moniteur à ces camps. Il avait en effet été renvoyé du séminaire de Winona en 2005 pour déséquilibre mental. Or il a continué à exercer son monitorat dans des camps (depuis 2003) jusqu’en 2006. A-t-on idée de confier des enfants à un déséquilibré?… Et on croit rêver quand on connaît le détail de l’affaire: il s’agit de déséquilibre psychique parce que Sloniker avait essayé de s’auto-circoncire! Si on résume, un (ir)responsable de la FSSPX confie des enfants à un individu qu’un autre supérieur de la FSSPX a renvoyé pour déséquilibre psychique et déviances sexuelles! Y a-t-il pour deux sous de cohérence dans la Fraternité Saint-Pie X?…

Bien entendu, on a joué aux parents et aux policiers l’air de « Je ne savais pas », « Ce n’est pas moi » etc. Bref, on se refile la patate chaude… et on se lave les mains des enfants victimes. Ainsi, l’abbé Patrick Crane avait été averti qu’un des garçons avait été déshabillé et fouetté par Kevin Sloniker… mais il n’a rien fait! Il n’a ni signalé l’affaire à son supérieur de district ni même pris la peine élémentaire d’en parler avec Sloniker lui-même! Si cet irresponsable en soutane terminait derrière des barreaux, nous ne verserions pas une larme. Le sort de ces enfants crie vengeance. Quant à Mgr Fellay, il s’est empressé de muter l’abbé Crane de Post Falls à Phoenix en Arizona. Bien pratique, la vieille technique des mutations…

D’autres parents ont averti les abbés James Haynos et Paul Vassal mais nous n’avons pas trouvé de trace de réaction de la part de ces deux prêtres. Face à la police, l’abbé Vassal a déclaré qu’il n’existait aucune accusation d’abus sexuels contre M. Sloniker au moment où il a été renvoyé du séminaire. Pour cette raison, on ne l’a pas empêché d’être éducateur dans des mouvements de jeunesse. On croit rêver… Un déséquilibré tente de se circoncire mais, comme il n’a jamais été accusé d’abus sexuels, on le laisse en contact avec des enfants…

Parents des milieux FSSPX, apprenez que c’est selon ce genre de « règles » qu’on « assure la sécurité de vos enfants »! Ouvrez les yeux! Quant à l’abbé James Haynos, il a aussi servi à la police le refrain de « Sloniker n’avait encore jamais été accusé d’abus sexuels » au moment où il a été autorisé à assumer des fonctions de moniteur, puis il a avoué du bout des lèvres que « à cause de son instabilité mentale, Sloniker n’aurait pas dû être laissé en contact avec des enfants ». C’est le moins qu’on puisse dire, et c’est évidemment le tort capital de la FSSPX. L’abbé Haynos en avait-il trop dit? En tout cas, il se trouve maintenant en poste loin de là, au Kansas…

Parents, protégez votre progéniture. Combien de cas similaires devrons-nous encore dénoncer avant que la situation change et que les coupables de ces graves négligences soient punis, à commencer par Mgr Fellay, multi-récidiviste en matière de mise en danger d’enfants? Parents, rendez-vous compte que, lorsqu’un nouveau déséquilibré sexuel sera repéré dans le milieu FSSPX, personne ne se fatiguera à transmettre l’information: il sera simplement muté et son nouveau supérieur local se lavera les mains en disant qu’on ne lui avait transmis aucune information ou que les allégations n’étaient pas assez solides pour justifier qu’il les fasse remonter à sa hiérarchie. Ensuite commencera le petit jeu de « Ce n’est pas moi; je ne savais pas » etc. En ultime instance, Menzingen rejettera la faute sur les supérieurs locaux. Personne ne viendra à votre secours. Pire, si vous tentez une action en justice, tirez les leçons de l’affaire A. [mention censurée par la FSSPX]: Menzingen fera tout pour faire échouer votre procès, depuis la rétention d’information jusqu’à fournir au suspect les meilleurs cabinets d’avocats. Et si vous tentez de mettre l’affaire sur la place publique, Menzingen essayera de vous intimider en faisant à nouveau appel à de coûteux avocats. C’est à cela qu’iront les dons que vous aviez généreusement consentis « pour les bonnes écoles pour l’éducation catholique de vos enfants ». Nous n’inventons rien: tout cela est tiré des cas vécus que nous recensons sur ce blog.

Heureusement, certains parents de l’Idaho ne se laissent pas impressionner, et le SNAP est entré en jeu. Cette association américaine d’aide aux victimes d’abus dans les mouvements religieux est la terreur des évêques des USA:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Survivors_Network_of_those_Abused_by_Priests En soutenant judiciairement des victimes, elle leur a obtenu des dommages et intérêts qui ont mis en faillite certains diocèses américains. Or le SNAP s’est lancé récemment dans l’affaire Sloniker: http://www.snapnetwork.org/az_victims_ask_phoenix_bishop_to_help_re_predator
Mgr Fellay peut donc trembler lui aussi. Il risque de se retrouver bientôt dans son double domaine de prédilection, avocats et « big money », mais du mauvais côté de la barrière. Le SNAP ne lâche jamais rien et n’a aucun état d’âme. Espérons qu’ainsi les millions que Mgr Fellay met à l’abri dans des paradis fiscaux servent enfin un but bon: dédommager les victimes et leurs familles. En bref, que Mgr Fellay passe à la caisse!

Last but not least, on imagine comme les sœurs dominicaines de Fanjeaux apprécient d’avoir eu pendant des années un prédateur au prieuré FSSPX situé à un jet de pierre de leur école de Post Falls. Certes, c’était un prédateur homosexuel mais la situation ne serait pas forcément différente avec un abuseur hétéro: l’affaire Roisnel montre en effet que ce dernier avait été « puni » d’une simple peine de 2 ans dans un couvent. Comme la congrégation dominicaine de Fanjeaux est pieds et poings liés face à la FSSPX, qui lui fournit en particulier ses aumôniers, si un prêtre FSSPX prédateur hétéro se livrait à des abus sur les élèves des religieuses, ces dernières n’auraient plus qu’à se taire… « ou sinon »… selon l’habitude de la FSSPX d’exercer son chantage vis-à-vis des « communautés amies ».

Ajoutons que les dominicaines sont enchantées d’apprendre que l’accord que Mgr Fellay négocie en secret avec le Saint-Siège prévoit une structure canonique où les communautés vassales (pardon, « amies ») seront carrément intégrées dans la prélature apostolique en préparation et seront donc placées formellement sous l’autorité de Mgr Fellay (oui, de lui et de personne d’autre, puisque l’accord en préparation prévoit qu’il soit supérieur général à vie). Dans ces conditions, si les sœurs dominicaines avaient la « mauvaise » idée de se soulever contre un cas d’abus similaire qui se produirait chez elles par la faute d’un membre de la FSSPX, elles seraient fermement priées de se taire, sous peine de se voir sanctionner canoniquement pour insubordination envers leur supérieur Fellay. Ambiance, ambiance…

Parmi les nombreux liens possibles résumant l’affaire Sloniker:

http://www.rawstory.com/2015/10/trucker-kicked-out-of-seminary-for-self-circumcision-admits-to-molesting-9-boys-at-anti-semitic-church-police/

http://www.washingtontimes.com/news/2016/mar/10/long-haul-trucker-pleads-guilty-to-abusing-underag/

http://cdapress.com/news/local_news/article_63ab6da2-c8f5-5e53-ad15-57e8a6cd4090.html

Suisse: le ministère de la justice s’intéresse à la FSSPX

Notre site a reçu plusieurs visites de l’Office fédéral suisse de la justice, une des sections du Département fédéral [= ministère] de justice et police. Ces visites interviennent au lendemain d’une initiative du Conseil fédéral visant à mettre en oeuvre le principe « Que les pédophiles ne travaillent plus avec des enfants », adopté par la votation populaire du 18 mai 2014 (voir notre article http://www.stop-pedos-trad.is/wp/index.php/2016/06/06/suisse-renforcement-des-mesures-anti-pedophiles/). C’est ce qui s’appelle avoir de la Suisse dans les idées!

Ces visites prolongées se sont concentrées principalement sur les articles touchant des cas d’abus sexuels dans la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X. Elles sont opportunes, au moment où nous apprenons que l’abbé A.* pourrait bien être prochainement poursuivi en Valais pour l’agression sexuelle sur mineur dont il a été accusé en juillet 2005 au camp d’Arolla (Évolène, Valais):

Par ailleurs, il est évident que, à l’occasion de ces probables poursuites judiciaires, d’autres citoyens suisses pourraient être mis en difficulté par la justice de leur pays. Parmi le « club valaisan » de la FSSPX qui protège l’abbé A.*, mentionons, à titre non exhaustif: l’abbé Raphaël Granges, secrétaire particulier de Mgr Bernard Fellay; Mgr Fellay lui-même; l’abbé Henry Wuilloud, supérieur du dictrict de Suisse FSSPX; l’abbé Philippe Lovey, oncle de l’abbé A.* Nous est avis que l’Office fédéral de la justice n’est pas encore au bout de ses découvertes.

L’enquête pourrait même remonter jusqu’à l’agression pédophile dont l’abbé A.* lui-même a été victime étant enfant, de la part d’un membre de la FSSPX. Dans ce cas, ce sont l’abbé Franz Schmidberger et Mgr Bernard Fellay qui pourraient être inquiétés pour, en tant que supérieurs généraux, n’avoir quasi rien fait pour sanctionner l’abuseur du jeune A.* Eh oui, la mise des affaires gênantes dans le placard pour éviter les scandales et « préserver la réputation de la Fraternité », voilà une pratique qui a une longue tradition dans la FSSPX.


* Étant donné la censure que la FSSPX exerce sur notre hébergeur ici en Islande, nous ne publions pas ici le nom de l’abbé A. (pour le trouver, voir ici). Mais il va de soi que Mgr Fellay aura beaucoup plus de mal à impressionner l’Office fédéral de la justice à Berne. Par ailleurs, si les autorités fédérales ou cantonales nous demandaient des précisions sur cette affaire, nous les leur fournirions évidemment avec plaisir…

Suisse: renforcement des mesures anti-pédophiles

Ce vendredi 3 juin 2016, le Conseil fédéral (gouvernement national suisse) a adopté et envoyé au parlement fédéral une proposition visant à mettre en oeuvre le principe « Que les pédophiles ne travaillent plus avec des enfants », adopté par la votation populaire du 18 mai 2014.

Essentiellement, il s’agit d’imposer de façon systématique aux personnes condamnées pour pédophilie une interdiction à vie de travailler avec des enfants, que ce soit comme salarié ou même comme bénévole. Le détail des nouvelles mesures proposées est consutable ici: https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-61996.html

C’est maintenant au parlement fédéral de débattre de la proposition législative transmise par l’exécutif.

Les ennuis ne sont donc pas près de se terminer pour l’abbé A., d’autant moins que, outre le procès en cours contre lui à Bruxelles, il risque de bientôt faire l’objet de poursuites en Suisse pour l’agression sexuelle sur mineur dont il a été accusé en juillet 2005 au camp d’Arolla (Évolène, Valais): http://laportelatine.org/international/communic/presse/europe/suisse/2005/chronique200510/chroniquesuisse200510.php