Les petits billets de Mgr Fellay

Quand l’association AVREF a publié son Livre Noir de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X, elle consacré plusieurs pages à l’aspect « argent+avocats » au sein de la FSSPX (p. 20-23). Nous avons eu l’occasion de voir cela de très près, quand Menzingen (maison générale de la FSSPX) a tenté de faire fermer notre site via un cabinet d’avocats, ici en Islande.

Le cabinet Logos est un des plus importants d’Islande et compte même parmi ses cofondateurs un avocat devenu président de la république de ce pays. Décidément, à la FSSPX on ne lésine pas sur les moyens pour faire taire les voix qui gênent! Étant donné le coût de la vie ici à Reykjavík, nous avons voulu connaître le prix des prestations de ce cabinet pour museler un site qui dérange.

Pour nous faire une première idée, nous avons cherché les loyers à Paternoster House, l’immeuble de bureaux où se trouve le cabinet londonien de Logos, au cœur de la City. Résultat: 6,33£/pied2/mois, c’est-à-dire 88,50CHF/m2/mois ou 80€/m2/mois. Concrètement, imaginez-vous louer 100m2: cela vous reviendra à la modique somme de 8850CHF/mois, soit 8000€ par mois, charges comprises. Même à Genève on ne trouve pas de prix pareils! Un cabinet d’avocats qui paie un pareil loyer facture évidemment des honoraires en conséquence.

Et quels sont-ils ces honoraires? Eh bien, pour le cabinet de Reykjavík, les voici: pour quelques échanges d’e-mails visant à identifier le gestionnaire du site et à l’impressionner sans devoir faire de procès, cela se monte à environ 2500€. C’est grassement payé pour quelques e-mails, même d’après les prix islandais! Et si on se lance dans un procès, les prix du cabinet Logos s’envolent à des hauteurs qu’on imagine… « the sky is the limit ».

Sachez donc, bonnes gens, que Mgr Fellay et ses deux juristes, les abbés Raphaël Granges et Christian Thouvenot, ont dépensé au bas mot 2500€ pour essayer d’identifier les voix qui dénoncent la protection des abuseurs sexuels dans la FSSPX et tenter de les faire taire. En d’autres termes, cette somme a été dépensée pour protéger des abuseurs sexuels. Et ils étaient bien sûr disposés à dépenser beaucoup plus pour un procès si cela avait été possible. Pire, cette somme a été dépensée en pure perte, puisque nous n’avons pas été identifiés et que la censure ridicule n’empêche personne de savoir qui sont les personnages que nous désignons par leurs initiales (voir Livre Noir et Wayback Machine).

Bons fidèles « tradis », quand vous vous priverez pour donner 100 francs (ou 100€, peu importe) « pour un bon séminaire » ou « pour une bonne école catholique », sachez que cet argent partira en fumée en un instant pour payer grassement des avocats qui essayent d’étouffer la dénonciation des pédocriminels et des supérieurs qui les protègent. Ou, si vous êtes prof, pensez-y la prochaine fois que l’abbé Loïc Duverger (ou un autre) vous sollicitera, la larme à l’oeil, pour accepter que la FSSPX vous paie en cacahuètes « parce que nous avons un budget très serré ». Oui, le budget des écoles est serré quand il s’agit de donner aux enseignants un salaire digne et juste (la morale catholique s’étend pourtant aux questions socio-économiques) mais il s’élargit comme par miracle lorsque, dans la même école, un prêtre s’adonne à des abus sexuels sur un élève et qu’il s’agit de lui procurer un avocat « blindé » pour protéger ce criminel en soutane. Pensez-y, pensez aux p’tits billets de Mgr Fellay, quand la FSSPX sollicitera votre bourse.

Une réflexion au sujet de « Les petits billets de Mgr Fellay »

  1. « Nul ne peut servir deux maîtres à la fois. On ne peut servir Dieu et Mammon » (paroles de Jésus, dont vous retrouverez sans doute les références).

Les commentaires sont fermés.